Pourquoi tromper les Touquettois Monsieur le Maire ?

La question est posée. Respectueusement mais fermement. 

Le 12 juillet 2021, le maire du Touquet Paris-Plage a demandé au conseil municipal de voter trois délibérations sur le projet dit « The Dune », hôtel devant remplacer l’Aqualud. La première portait sur un accord exclusif avec VINCI / ADIM pour piloter l’ensemble. La deuxième sur le déclassement anticipé du terrain. La dernière sur la présentation d’une autorisation à construire sans savoir exactement qui apparaîtrait pour ce faire.

Aux remarques de Juliette Bernard et Sylvie Walbaum qui s’étonnaient de voir ce dossier arriver clés en mains sans avoir fait l’objet d’aucune concertation, le maire répondait :  »  la concertation préalable n’était pas possible dans la mesure où il fallait d’abord que le groupe rachète l’Aqualud au groupe Parques Reunidos (actuels titulaires du bail) … L’accord a été définitivement passé, j’ai eu une lettre lundi dernier« . Vu l’insistance de l’opposition, il allait encore plus loin, affirmant définitivement peu après : « on a un groupement qui a racheté à Parques Reunidos l’Aqualud »

C’est sur la foi de cette affirmation qui semblait interdire une mise en concurrence et toute autre solution que le Conseil a voté positivement les trois délibérations avec trois abstentions : celles de Juliette Bernard, Sylvie Walbaum et Hervé Pierre.

Or le sujet de l’Aqualud est revenu au cours du conseil municipal du 4 avril 2022 pour permettre une non réouverture de la structure malgré le contrat d’exploitation l’y obligeant. Lors du débat qui s’ensuivit il est apparu que l’achat à Parques Reunidos n’était en fait pas réalisé, ce qui était d’ailleurs confirmé par la presse locale. Le maire a minimisé cette information en passant complètement sur ses déclarations du 12 juillet 2021. Il s’avère ainsi aujourd’hui que le Conseil a bel et bien pris à cette date des décisions sur de fausses informations délivrées par le premier magistrat de la ville.

La question se pose alors : pourquoi n’avoir pas dit la vérité le 12 juillet ? Et la réponse s’impose : pour mettre les Touquettois devant un fait accompli irréversible tout en leur donnant l’illusion d’une concertation.

Tant sur le plan national que local, la confiance se bâtit à la fois par la transparence et l’absence de contre-vérités pour parvenir à ses fins. Le rôle de l’opposition est d’y veiller. Elle continuera de le faire scrupuleusement. Comme l’a dit très justement Juliette Bernard au moment du vote sur la SEMAT : « la confiance n’exclut pas le contrôle ». Le maire a vraiment eu tort de la comparer à ce moment là à Staline (1) pour ce propos dans un retournement particulièrement déplacé.

C’est le maire qui abuse la confiance des Touquettois. Non l’inverse.

Juliette BERNARD – Hervé PIERRE – Sylvie WALBAUM

(1) L’auteur de cette citation étant en réalité Lénine et non pas Staline !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s