Parlons chiffres…

1/ Les impôts locaux

Impôts-locauxVos avis d’impôts fonciers sont arrivés ! Les taxes d’habitation vont suivre…

Pour Le Touquet :

  • 3,5 millions d’euros c’est le prélèvement d’impôts locaux supplémentaire prélevé dans la poche des touquettois entre 2007 et 2016 ;
  • 22,6 % c’est le pourcentage d’impôts locaux supplémentaire entre 2007 et 2016

Le maire se plaint régulièrement de la baisse des dotations de l’Etat. Il a raison ! Les dotations de l’Etat ont en effet diminué de 1,8 millions d’euros depuis 2007.

Cependant, vous l’avez compris, la baisse des dotations de l’Etat (-1,8 millions d’€) est très largement compensée par la hausse des impôts locaux au profit de la commune (+3,5 millions d’€).

Autrement dit l’Etat augmente les bases servant au calcul des impôts locaux pour gommer l’impact de la baisse de ses dotations aux communes. Alors ce serait plutôt aux contribuables de se plaindre et non aux maires !

2/ La dette de la commune

S’agissant de la dette de la commune qui atteignait 17,5 millions d’euros en fin d’année dernière, il faut souligner une baisse significative entre 2007 et 2015 (-16,5%).

Malheureusement la signature du contrat de partenariat pour la rénovation et l’agrandissement du palais des congrès va doubler la dette des touquettois la portant ainsi à près de 35 millions d’euros.

Chaque touquettois sera alors à la tête d’une dette de 7 100 €.

Pour comparaison :

Deauville  4 340 € ;

St Raphaël 2 169€ ;

La Baule 1 261 €.

3/ Quentovic

Lors du conseil municipal du 17 octobre, la majorité a voté l’acquisition des 4 immeubles (commerces et habitations) pour un montant de 6 150 000 € alors que France Domaine a estimé ces biens à hauteur de 3 500 000 €. Nous nous y sommes opposés. Que les propriétaires des immeubles concernés soient correctement indemnisés nous semble bien entendu évident, mais un tel surcoût nous semble contraire à l’intérêt général.

Les projets pharaoniques du maire ont un coût qui pèsera lourdement sur les finances de la ville durant 20 ans.

Publicités

Pourquoi un Wake-park sur le parking du front de mer ?

WakeLe maire avait, pendant la campagne des municipales, promis un skate-park digne de ce nom aux jeunes touquettois…C’est finalement d’ un wake-park dont ils ont  « hérité » !

Le skate-board est pourtant une activité accessible à tous, puisqu’à part la planche de skate, la pratique en elle-même ne coûte rien aux jeunes. C’est une bonne chose. Mais malgré les engagements pris, le maire a choisi de privilégier l’installation d’un wake-park.

Le wake-board n’est lui réservé qu’à certains puisqu’un quart d’heure au wake-park coûte, en juillet et août, 20 €  + 5 € de licence + 2 € pour la location de la planche soit 27 € le ¼ d’heure ! Un luxe qui n’est pas accessible à tous ou alors très occasionnellement.

Alors pourquoi ce choix ?

  • Il fallait, le temps d’un week-end, faire le buzz avec le FISE ( Festival International des Sports Extrêmes) ;
  • Il leur fallait trouver une activité pour animer le front de mer….Animation inexistante en semaine lorsqu’il n’y a plus personne.

Pour autant cela doit-il se faire au détriment des résidents touquettois ?

 NON ! A cause de ce wake-park les utilisateurs de la plage ne peuvent plus se stationner sur les parkings lors de certaines périodes d’affluence. Les ¾ du parking sont occupés par cet équipement et cela empêche les familles et personnes plus âgées de se garer à proximité immédiate de la plage. Vous avez d’ailleurs été nombreux à vous en plaindre le week-end de l’Ascension ! Et vous le serez encore plus au cœur de l’été.

La ville devait-elle investir plus de 300 000 € dans ce type d’équipement ouvert seulement la moitié de l’année ? Il me semblait évident que l’argent public (nos chers impôts), devait profiter au plus grand nombre et non pas à une poignée de personnes.

Et puis n’ y avait-il pas d’autres priorités ? la rénovation de l’hôtel de ville, la rénovation des trottoirs, la rénovation des cabines qui pour certaines prennent l’eau etc…pour n’en citer que quelques unes.

Ce n’est pas la peine de se plaindre de la baisse des dotations de l’Etat pour ensuite gaspiller les recettes au profit de la commune !

Sachez enfin que le conseil municipal n’a même pas eu à donner son avis sur cet aménagement…Un aménagement fortement contesté.

Mais que faire ?

Même la signature de près de 1 000 personnes contre le projet de conteneurs sur la plage n’a pas été entendue par le maire du Touquet ! Alors…

Le maire est contre l’utilisation de l’art 49 alinéa 3 de la constitution à l’Assemblée Nationale mais au Touquet c’est au quotidien qu’il est appliqué !

Un cadeau empoisonné

L’extension du palais des congrès ou chronique d’une catastrophe financière annoncée…

present-307775_960_720Souvenez vous….c’était déjà l’une des promesses du candidat Fasquelle aux élections municipales de 2008 : « Créer une grande salle de spectacles pour accueillir des artistes de premier plan et faire du Touquet l’un des hauts lieux de la vie culturelle de la Côte d’Opale »

Puisque cette salle de spectacles n’a pas été réalisée entre 2008 et 2014…le maire ayant préféré réaliser des projets qu’il n’avait pas promis : des nouveaux boxes vides au centre équestre, une place du centenaire contestée… La salle de spectacles sera donc le projet phare des prochaines années.

Avec ce projet, le maire nous place à la tête d’une dette colossale de 21 millions d’euros ! Sans oublier la dette de la commune de 18 millions d’euros ! Au total, 39 millions d’euros de dettes pour les touquettois…

Qu’il faudra bien entendu rembourser… Et je n’évoque pas le déficit d’exploitation de cet équipement !

Rénover le palais des congrès et créer une nouvelle salle de spectacles semblent aux yeux de Daniel Fasquelle un chantier trop compliqué pour les services de la ville. Le maire a donc préféré signer un contrat de partenariat public-privé. Politiquement, le partenariat public-privé est formidable. L’élu a le «service », rapidement, sans payer la note immédiatement. Flatteur de pouvoir, pendant la campagne électorale des législatives de 2017, annoncer le début du chantier …

On s’apercevra trop tard que ce montage coûte très cher…la ville et le Touquet Tourisme risquant alors de se retrouver en situation de surendettement !

Nous, braves contribuables touquettois, paierons l’addition, une fois de plus ! Et quelle addition ! Plus de 8 millions à payer entre le 1 er Janvier 2016 et le 31 mars 2019. 8 millions financés par la vente des terrains de la place Quentovic, par des cessions d’autres biens communaux et par des subventions donc par les contribuables que nous sommes…Mais de cela nous n’avons aujourd’hui aucune certitude : rien n’est encore vendu loin de là, et aucune subvention n’a été notifiée. C’est donc à un voyage vers l’inconnu que le maire et son équipe nous convient.

Deux questions se posent :

1° / Une salle de spectacle de 1 500 places, est-elle la réponse adaptée aux besoins des Touquettois et de la vie commerciale de la station ?

2° / Avons nous les moyens de financer un tel projet ?

Souvenez-vous du projet de reconstruction d’une piscine sur le front de mer pour lequel le maire nous expliquait que les finances ne pouvaient pas absorber un tel projet ? Si nous ne pouvions financer une piscine comment financer l’extension et la rénovation du palais des congrès ?

En cette fin d’année, il nous reste à vous remercier pour votre fidélité, et vos encouragements à défendre les intérêts de l’ensemble des touquettois. Toute l’équipe constituée lors des dernières municipales se joint à nous pour vous adresser nos vœux les plus chaleureux pour 2016.

Texte de l’opposition pour Le Touquet Infos de décembre 2015

 

 

La nouvelle attraction du front de mer : un wake park !

C’est en consultant la liste des  marchés publics de la ville que j’ai découvert ce projet pour l’animation du front de mer.

Dès avril prochain, vous verrez pousser sur les parkings du front de mer, ce type de pylone…

Wakeboard System 2.0

Ils serviront au fonctionnement d’un wake park qui sera mis en place d’avril à novembre sur les parkings du front de mer.                                                  Deux bassins seront nécessaires  pour permettre la pratique de cette activité.

Le coût de ce type de projet avoisine les 300 000 €.

Je suppose que cela remplacera les éphémères sculptures de sable qui devaient pourtant revenir durant plusieurs années…Le succès pourtant annoncé était-il vraiment au rendez-vous ? On peut aujourd’hui se poser la question.

Qu’en pensez-vous ?

Juliette Bernard

 

 

Les comptes 2014 du Touquet

Souvent évoqués sur ce blog, les comptes de la commune restent  néanmoins un mystère pour bon nombre de touquettois. Que rapportent les impôts locaux à la commune ?  Quel est le budget de la commune ? Quel est le montant de la dette ? Dans quelles proportions les dépenses augmentent-elles ? Autant de questions pour lesquelles, si vous le souhaitez, vous aurez une réponse.
Vous trouverez ci-dessous les comptes 2014 et 2008 afin de pouvoir suivre l’évolution.
Bonne lecture !

Comptes 2014 Blog
Comptes 2014 Blog 2Comptes 2008

A quoi servent vos impôts ?

Impôts-locaux

Comme chaque année, à la même époque, nous recevons nos impôts locaux. Le débat, bien compréhensible, est toujours le même : nous payons trop, et toujours plus que les années précédentes !

Nous allons essayer en quelques lignes de vous expliquer de façon très simple où va votre argent.

Les recettes (votre argent) sont réparties en trois grandes masses :

  • Les impôts locaux représentent une recette de plus de 18 millions d’euros en 2014 en hausse de 17% depuis 2008.
  • La dotation globale de fonctionnement (DGF) représente une recette de 2,3 millions d’euros en 2014 en baisse de plus de 17% depuis 2008. Baisse amplifiée par la diminution de la population.
  • Les impôts indirects (recettes de stationnement, cabines de plage, occupation du domaine communal) représentent une recette de 3,6 millions d’euros en 2014 en hausse de 33 % depuis 2008.

Les dépenses sont, elles, réparties en 3 grandes masses :

  • La masse salariale : La totalité des impôts locaux que la ville perçoit ne suffit pas à payer les charges de personnel qui s’élevaient à 18,6 millions d’euros en 2014, en hausse de 12 % depuis 2008. Les dépenses de personnel représentent d’ailleurs 62 % des dépenses réelles de fonctionnement.
  • Les subventions, en 2014, représentent une dépense de 4,5 millions d’euros en hausse de 12,5% par rapport à 2008. Elles comprennent la subvention de 2 950 000 € au Touquet Tourisme.
  • Les dépenses d’équipement sont en chute libre ! En 2008 elles représentaient une dépense de 5,7 millions d’euros, aujourd’hui elle se limite à 2,7 millions d’euros. Soit une baisse de 47 % des dépenses d’équipement. C’est un mauvais signal qui démontre que les capacités de la ville à investir sont en très forte baisse.

Vous l’aurez bien compris, le maire privilégie les dépenses de fonctionnement aux dépenses d’équipement ! C’est son choix mais c’est un très mauvais choix !

Vos impôts servent donc à entretenir un système mis en place depuis de nombreuses années au Touquet, et que le maire actuel n’a jamais remis en cause et a même renforcé. Ce système consiste en  la possession de toutes les installations sportives et culturelles par la Ville. Cela induit nécessairement une mainmise du maire sur l’organisation des manifestations, car il faut forcément son accord.

C’est la politique du  » tout public » pour maîtriser ce qui devrait être privé !

Ce système nécessite des structures trop lourdes et trop coûteuses, un office du tourisme surdimensionné et ruineux car au lieu de promouvoir la destination Touquet il doit aussi s’occuper de la gestion des installations.

Le déficit est d’ailleurs chaque année plus important…Les tarifs pour les usagers sont prohibitifs…

Et au final, vous payez deux fois : une fois en impôt pour l’entretien des installations et une fois  pour votre propre utilisation de ces installations. C’est la « double peine fiscale » que nos hommes politiques adorent nous faire subir!

Nos impôts auraient dû servir à rénover les installations touquettoises vieillissantes, comme la mairie ou le palais des congrès. Mais, ni les maires précédents, ni le maire actuel, qui rappelons le est là depuis 14 ans si l’on tient compte de son mandat d’adjoint avec Léonce Deprez, ne se sont préoccupés de faire ces rénovations.

Pourquoi n’ont-ils pas effectué les dépenses nécessaires au maintien en bon état des installations touquettoises (routes, trottoirs, hôtel de ville, palais des congrès…)?

Simplement parce que le système du  » tout public « perpétué par Monsieur Fasquelle implique des dépenses de fonctionnement chaque année plus importantes, il ne reste donc plus rien pour financer la rénovation des installations.

En résumé, vos impôts servent à entretenir un modèle économique Touquettois, typiquement électoraliste car il permet au maire de mieux contrôler la population touquettoise et ses activités !

Source : www.collectivites-locales.gouv.fr et documents budgétaires de la commune 2008/2014

« LA BONNE AFFAIRE »

Le minimum que l’on puisse attendre d’une collectivité c’est qu’elle fasse preuve d’exemplarité.

C’est tout le contraire qui se pratique à la SEMAT, la société qui exploite l’aéroport du Touquet et qui loue des espaces de nature différente : hangars pour avions et bureaux.

Trois exemples :

  • la SEMAT loue à un particulier une surface de 280 m2 pour un loyer mensuel de 100 € (0,35 €/m2/mois) ;
  • la SEMAT loue à l’État, pour les besoins de la Sécurité Civile, une surface de 388 m2 pour un loyer mensuel de 800 € (2,06 €/m2/mois) ;
  • la SEMAT loue à un particulier une surface de 30 m2 pour un loyer mensuel de 100 € (3,33 €/m2/mois).

A titre de comparaison, des doubles box récents de 30 m2 dans un espace sécurisé en centre ville du Touquet se louent 150 € par mois soit environ 5 € m2/mois. 

La SEMAT est-elle subitement devenue très prospère au point de faire preuve d’une générosité exceptionnelle envers ses nouveaux clients ?

Son Conseil d’Administration a-t-il décidé de faire preuve d’altruisme à l’égard de certains ?…

Il est vrai que la subvention municipale de 135 000 € aide !

J’invite donc ardemment les locataires des garages de centre ville à résilier leur bail et à se tourner vers la SEMAT pour y garer leur voiture.

Ils en retireront 3 avantages :

  • Un tarif défiant toute concurrence
  • Un véhicule à l’abri des risques du stationnement sur la voie publique (risques non négligeables à l’occasion de certaines nuits chaudes)
  • Une promenade de santé à pied ou à bicyclette pour se rendre à leur garage.

Le ton volontairement décalé pour conclure cet article masque en réalité une profonde déception à l‘égard de la politique municipale sur ce dossier.

Une légèreté inouïe dans la gestion des finances publiques, des conseillers municipaux bafoués, des prix « à la tête du client », un favoritisme à peine voilé… Les anomalies ne manquent pas et ont déjà été exprimées.

Cet exemple ne peut qu’aiguiser la vigilance de notre équipe qui devient plus que jamais nécessaire.