Dune : Lettre au préfet du Pas-de-Calais

Vous trouverez ci-dessous, la copie de la lettre adressée au préfet concernant le projet d’hôtel sur la plage du Touquet . Plusieurs questions se posent et nous attendons une réponse des services de l’Etat.

                                                                                   Le Touquet Paris-Plage, le 14 janvier 2023

Monsieur le préfet,

En tant que membres de l’opposition municipale du Touquet Paris-Plage nous aimerions retenir votre bienveillante attention sur les faits suivants.

Le Touquet connaît actuellement des tensions dues à la proposition du groupe Vinci/Adim de créer un hôtel sur la plage en lieu et place de l’Aqualud. Ce projet est ardemment défendu par le maire qui s’y implique totalement, montrant par là qu’il s’agit d’une cause d’intérêt général, ce qui sans doute aurait dû entraîner une mise en concurrence d’Adim. 

Une pétition ayant déjà recueilli plus de 2000 signatures pour demander la tenue d’un référendum municipal à ce sujet circule actuellement en ville, tandis que plusieurs recours administratifs contre le permis de construire ont été initiés par des associations ou des personnes privées.  

Ces dissentions, rappelant en tout point ce qui s’est passé avec un projet « Pierre et vacances » annulé par le juge il y a presque quarante ans dans la même commune, proviennent à notre sens essentiellement de deux causes. 

La première est la stratégie politique de fait accompli du maire qui répond aux administrés qui n’approuvent pas le projet que sa réélection en 2020 vaut referendum. Le fait qu’Adim ait été choisi depuis au moins 2019 comme partenaire exclusif dans ce dossier, alors que le conseil municipal n’a été saisi d’une demande d’autorisation dans ce sens qu’en juillet 2021, illustre sa façon d’avancer sans concertation alors qu’il prétend consulter la population sur l’avenir du front de mer. 

La seconde cause est l’attitude apparemment conciliante de l’État vis-à-vis de cette procédure. On constate en effet dans une annexe du permis de construire délivré le 16 novembre 2022 par le maire qu’un arrêté préfectoral de la Région du 11 février 2021, pris sur la demande d’Adim, annule une décision antérieure de la même autorité de soumettre le projet à une enquête d’environnement. De même, par un courrier du 8 octobre 2022, vous avez fait savoir au maire du Touquet que cette construction ne rentrait pas dans le cadre de l’article L121-13 du code de l’urbanisme et que votre avis n’était en conséquence « pas requis ». Votre décision étant motivée par le fait que le maire ait déclaré dans une délibération du conseil du 18 octobre 2021, sans apporter d’éléments probants, que le permis de construire n’étendait pas l’urbanisation de cette zone, ce que nous contestons. 

L’article cité ci-dessus vise à protéger les zones proches du rivage, l’urbanisation y étant très encadrée et devant être prévue au PLU, ce qui ne semble pas être le cas. D’autre part cette portion du rivage est nettement séparée du reste de la ville urbanisée par une route. Enfin nous rappelons que l’Aqualud, seul bâtiment de ce côté de la route, a été construit avant la Loi Littoral et qu’il n’aurait sans doute pas été autorisé après sa publication.

Les doutes sur la légalité de cette implantation sont donc certains. Ils méritent d’être levés avant qu’il ne soit trop tard et que les procédures administratives gèlent le site pendant de nombreuses années avec de possibles conséquences financières pour la ville. C’est pourquoi nous regrettons votre refus de saisir l’instance chargée de trancher ce genre de problématique, la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites. Celle-ci ne pourrait-elle pas encore être chargée, avant que ce permis ne devienne définitif, de trancher avant le juge administratif sur les deux points essentiels de ce dossier, à savoir :

  • fixer de façon contradictoire la bande des 100 mètres à cet endroit précis  
  • décider si la construction de cet hôtel est ou non une nouvelle construction sur un terrain protégé au titre de l’article L121-13, ce qui nous semble le cas.

Dans l’attente de vous lire et en vous remerciant de votre compréhension des enjeux d’intérêt public exposés, nous vous prions de croire, Monsieur le préfet, en l’assurance de notre respectueuse considération.

Juliette BERNARD   Hervé PIERRE 

Sylvie WALBAUM                                                        

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s