RETOURNER LA TABLE !

Un changement de nom et de statut juridique du Touquet Tourisme * suffiront-t-il à obtenir de meilleurs résultats ?

Ce serait trop simple !

C’est d’abord la volonté politique qui permettra de trouver un nouveau modèle d’animation et de développement touristique de notre station… Pour arriver à de meilleurs résultats, c’est la table qu’il faut retourner…

  • Acceptons de reconnaître l’échec de la politique mise en place depuis 2008 par Daniel Fasquelle et poursuivie depuis.
  • Réinventons les produits que le Touquet Tourisme, devenu TEE,  offrent aux touquettois et aux touristes. Faisons preuve d’imagination et soyons à l’écoute de nos clients…
  • Préservons le concept des « 4 saisons », très astucieusement créé par Léonce Deprez en le modernisant grâce aux outils d’aujourd’hui.

Les touristes disposent désormais de formules attractives et innovantes tant sur le territoire qu’à l’étranger.

A titre d’exemple au Touquet, pour réserver un stage de tennis, il faut télécharger un document, le compléter,  et  le poster accompagné d’un chèque…A Val Thorens, pour réserver et payer 6 matinées de cours de ski il suffit d’un  clic.

Les résultats financiers sont le reflet de l’immobilisme et des carences de l’équipe en place :

Chiffre d’affaires 2016 : 5,6 millions €

Chiffre d’affaires 2017 : 5,4 millions €

Chiffre d’affaires 2018 : 5,2 millions €

 

Déficit d’exploitation 2016 : 492 133 €

Déficit d’exploitation  2017 : 463 400 €

Déficit d’exploitation 2018 : 756 400 €

Au final, cette équipe aura fait perdre plus de 30 millions d’euros en déficit d’exploitation cumulé et en subventions en 10 ans…

Une dérive insupportable de l’utilisation de nos impôts.

(*) Le Touquet Tourisme est devenu le Touquet Equipements Evènements.  Structure en charge des équipements : Parc équestre, tennis, bases nautiques, camping, salle des 4 saisons et des événements : salon du livre, pianos folies, festival de jazz, enduropale etc….

Touquet Tourisme 2018
Comptes de résultats Touquet Tourisme
Publicités

Encore un engagement non tenu !

Les chiffres issus du dernier recensement démontrent une fois de plus que la population permanente continue à décroître. Nous sommes aujourd’hui 4 475 habitants alors que nous étions 5 076 en 2008.

Dans la communauté de communes c’est Le Touquet qui subit pour la plus forte baisse de sa population : près de 12 % depuis 5 ans.

Les raisons de cette baisse de population vous les connaissez : pas de création d’emploi, impôts locaux élevés, et coût des logements.

  1. L’emploi est rare et en diminution. C’est le grand oublié de la politique municipale et intercommunale durant ces dernières années. Ce n’est pas Opalopolis qui résoudra le problème puisque depuis 2008, les paroles, les coups de pioche et autres conférences de presse ont primé sur la création d’entreprises et donc d’emplois…Opalopolis qui devait être un outil de développement économique devient au fil des années une banale opération d’aménagement et de construction de logements…
  2. Quant aux impôts locaux du Touquet, ils font fuir ! Nombreux sont ceux qui ont quitté le Touquet pour les communes environnantes où les taxes locales sont moins élevées. Daniel Fasquelle disait d’ailleurs en 2001 alors qu’il était adjoint aux finances : «  Il fallait à tout prix baisser les impôts pour mettre fin à la surimposition qui, dans un passé récent a provoqué le départ de nombreux habitants parmi lesquels beaucoup de touquettois de souche. » Sans oublier les impôts indirects qui depuis 2008 ont eux aussi explosé en particulier le stationnement payant qui a été considérablement étendu et est devenu une source importante de revenus pour la commune.
  3. La presse se fait régulièrement l’écho des prix de l’immobilier au Touquet, inutile d’y revenir.

Nous devons impérativement retrouver le chemin de la croissance démographique pour préserver notre tissu économique et pour demeurer une ville dynamique et attractive. Avec ses emplois, avec ses enfants, avec ses services publics, avec ses traditions et avec son identité.

Pour enrayer la baisse de la démographie, nous devons agir sur trois leviers :

  • la création d’emplois notamment dans les secteurs du numérique, du télétravail ;
  • la baisse de la fiscalité ;
  • la construction de logements véritablement destinés à la population permanente (Il ne suffira pas de construire 50 logements sociaux à Quentovic pour répondre à la crise démographique que nous connaissons).

Préserver l’attractivité du Touquet ne suffit pas. Loin s’en faut ! Le chiffre d’affaires perdu la semaine ne se rattrapera jamais le week-end.

Le maire du Touquet a récemment annoncé dans la voix du nord « 1 500 touquettois de plus en 2020 » soit 6 000 habitants.

En 2008, Daniel Fasquelle promettait déjà 6 000 habitants pour 2014…Nous en sommes très loin !