Qu’ont-ils fait du patrimoine de notre commune ?

Depuis 2015, la ville aura vendu pour plus de 17 millions d’euros de terrains ou de maisons appartenant à la ville donc aux touquettois :

  • 11 millions d’euros pour les terrains à Quentovic,
  • 2,4 millions d’euros pour le terrain de l’Hippotel,
  • 1,65 millions d’euros pour le terrain rue de Moscou (parking),
  • 650 000 euros une maison face au camping,
  • 550 000 euros le préau de l’école,
  • 780 000 euros le pavillon Vivaldi….

Le patrimoine de la ville a donc fondu pour financer les dépenses toujours plus importantes d’années en années.

  • Rien pour désendetter la ville !
  • Rien pour la rénovation de l’Hôtel de ville !
  • Rien pour rénover les parkings de la plage !
  • Rien pour l’assainissement collectif !
  • Rien pour la fibre !
  • Rien pour un parking  à proximité de la nouvelle salle de spectacle !

Nous avions demandé, en vain, à ce que le produit de la  vente du terrain rue de Moscou soit provisionné pour les futurs travaux de l’Hôtel de Ville qui devraient coûter plus de 8 millions d’euros.

La gestion en bon père de famille consiste à être attentif et soucieux des biens ou des intérêts qui lui sont confiés. Force est de constater que ce n’est absolument pas le cas…Pire, vendre les « bijoux de famille » est souvent le signe d’une incapacité à maîtriser ses finances, et en tout cas à se satisfaire du budget courant.

Les 17 millions d’euros auront déjà été engloutis quand il  s’agira de financer le déficit d’exploitation du palais des congrès et les annuités des 20 prochaines années.

Si la gestion des finances de la ville se poursuit sur la même tendance, nous pouvons dès à présent nous préparer à contribuer largement au train de vie dispendieux mis en place par l’équipe municipale actuelle.

Il va falloir que cela change !

Texte Touquet infos

Publicités

Derniers chiffres de l’INSEE sur la population du Touquet

Comme chaque année fin décembre, l’INSEE publie les chiffres de la population.

Au Touquet, la baisse continue à s’accentuer :

  • En 2008 : 5 076 habitants
  • En 2010 : 4 495
  • En 2017 : 4 285

Soit 791 habitants en moins depuis 2008 ! 

Force est de constater que pour y vivre à l’année, Le Touquet n’attire plus les jeunes…Un immobilier cher, des impôts locaux élevés, pas de création d’emplois. Ce sont là tous les ingrédients qui amènent à une baisse de la population.

Que fait la majorité municipale pour tenter de résoudre ce problème ? Des constructions de logements ! un béguinage, une résidence service, des appartements pour des résidents secondaires, des appartements en accession à la propriété…Ce n’est pas la recette miracle.

Quant à l’emploi, ils feraient surtout bien d’éviter de le détruire en implantant un hypermarché et des commerces à Opalopolis. La fuite vers cette zone commerciale détruira à plus ou moins long terme des emplois dans les commerces touquettois.

Il faut à tout prix éviter cela et soutenir le commerce touquettois. 

 

La dette du Touquet Paris-Plage

En signant le contrat pour l’agrandissement et la rénovation du Palais des Congrès, le maire a plus que doublé la dette de la commune. 

La dette totale s’élève désormais à  près de 38 millions d’euros  !                         Près de 38 millions d’euros qu’il faudra rembourser sans recettes nouvelles. Autant dire que le financement de ce Palais des Congrès et la rénovation de l’ hôtel de ville ne permettront plus aucun nouvel investissement important dans les années à venir.

Dans le détail la dette se décompose de la façon suivante :

  • La dette de la ville au 31 décembre 2016 est de 17,5 millions d’euros.
  • La dette dûe pour le financement du palais des congrès  au 31 décembre 2016 est de 18,7 millions d’euros.
  • Des travaux complémentaires pour le Palais des congrès votés vendredi soir a encore alourdi la note pour un montant d’ 1 400 000 €

37, 6 millions d’euros est donc bien le montant total que la ville devra rembourser à ses créanciers !

Bilan des pianos folies

Madame le maire l’avait bien précisé,  les résultats sont mauvais.  Nous le constatons dans les chiffres qu’elle a eu la courtoisie de nous communiquer.

Recettes de billetterie et nombre d’entrées payantes :

2017 : 64 486 € pour environ 2686 entrées payantes

2009 : 68 340 €  pour 2734 entrées payantes

Depuis 9 années,  les pianos folies reçoivent en moyenne 2 600 à 2800 personnes qui payent leur place.  Force est de constater que cette manifestation ne décolle pas malgré les investissements en personnels et les subventions diverses.  En 2017  les recettes sont même inférieures à la 1 ère édition.  Le bilan  2017 fait état d’ un résultat négatif important : – 66 000 €. 

66 000 € que la ville du Touquet est bien évidemment obligée de compenser  !

Je salue la décision de Mme Lussignol de réduire la durée des pianos folies en 2018 :         7 jours  au lieu de 9 . Le nombre de concerts devrait également être revu à la baisse. Ces mesures seront-elles suffisantes ?

Il est souhaitable que l’organisation réfléchisse à donner un nouvel élan à cette manifestation  : durée, date, choix de programmation, communication sont autant de sujets à repenser.

Juliette Bernard

 

Pour aller plus loin  :

2017 : 64 486 € pour environ 2686 entrées payantes

2016 : 73 039 € pour environ 3043 entrées payantes

2012 : 68 000 € pour 3395 entrées payantes

2011 : 94 058 € pour 4072 entrées payantes

2010 : 92 136 € pour 3766 entrées payantes

2009 : 68 340 €  pour 2734 entrées payantes

Encore un engagement non tenu !

Les chiffres issus du dernier recensement démontrent une fois de plus que la population permanente continue à décroître. Nous sommes aujourd’hui 4 475 habitants alors que nous étions 5 076 en 2008.

Dans la communauté de communes c’est Le Touquet qui subit pour la plus forte baisse de sa population : près de 12 % depuis 5 ans.

Les raisons de cette baisse de population vous les connaissez : pas de création d’emploi, impôts locaux élevés, et coût des logements.

  1. L’emploi est rare et en diminution. C’est le grand oublié de la politique municipale et intercommunale durant ces dernières années. Ce n’est pas Opalopolis qui résoudra le problème puisque depuis 2008, les paroles, les coups de pioche et autres conférences de presse ont primé sur la création d’entreprises et donc d’emplois…Opalopolis qui devait être un outil de développement économique devient au fil des années une banale opération d’aménagement et de construction de logements…
  2. Quant aux impôts locaux du Touquet, ils font fuir ! Nombreux sont ceux qui ont quitté le Touquet pour les communes environnantes où les taxes locales sont moins élevées. Daniel Fasquelle disait d’ailleurs en 2001 alors qu’il était adjoint aux finances : «  Il fallait à tout prix baisser les impôts pour mettre fin à la surimposition qui, dans un passé récent a provoqué le départ de nombreux habitants parmi lesquels beaucoup de touquettois de souche. » Sans oublier les impôts indirects qui depuis 2008 ont eux aussi explosé en particulier le stationnement payant qui a été considérablement étendu et est devenu une source importante de revenus pour la commune.
  3. La presse se fait régulièrement l’écho des prix de l’immobilier au Touquet, inutile d’y revenir.

Nous devons impérativement retrouver le chemin de la croissance démographique pour préserver notre tissu économique et pour demeurer une ville dynamique et attractive. Avec ses emplois, avec ses enfants, avec ses services publics, avec ses traditions et avec son identité.

Pour enrayer la baisse de la démographie, nous devons agir sur trois leviers :

  • la création d’emplois notamment dans les secteurs du numérique, du télétravail ;
  • la baisse de la fiscalité ;
  • la construction de logements véritablement destinés à la population permanente (Il ne suffira pas de construire 50 logements sociaux à Quentovic pour répondre à la crise démographique que nous connaissons).

Préserver l’attractivité du Touquet ne suffit pas. Loin s’en faut ! Le chiffre d’affaires perdu la semaine ne se rattrapera jamais le week-end.

Le maire du Touquet a récemment annoncé dans la voix du nord « 1 500 touquettois de plus en 2020 » soit 6 000 habitants.

En 2008, Daniel Fasquelle promettait déjà 6 000 habitants pour 2014…Nous en sommes très loin !

 

 

Les comptes 2014 du Touquet

Souvent évoqués sur ce blog, les comptes de la commune restent  néanmoins un mystère pour bon nombre de touquettois. Que rapportent les impôts locaux à la commune ?  Quel est le budget de la commune ? Quel est le montant de la dette ? Dans quelles proportions les dépenses augmentent-elles ? Autant de questions pour lesquelles, si vous le souhaitez, vous aurez une réponse.
Vous trouverez ci-dessous les comptes 2014 et 2008 afin de pouvoir suivre l’évolution.
Bonne lecture !

Comptes 2014 Blog
Comptes 2014 Blog 2Comptes 2008

A quoi servent vos impôts ?

Impôts-locaux

Comme chaque année, à la même époque, nous recevons nos impôts locaux. Le débat, bien compréhensible, est toujours le même : nous payons trop, et toujours plus que les années précédentes !

Nous allons essayer en quelques lignes de vous expliquer de façon très simple où va votre argent.

Les recettes (votre argent) sont réparties en trois grandes masses :

  • Les impôts locaux représentent une recette de plus de 18 millions d’euros en 2014 en hausse de 17% depuis 2008.
  • La dotation globale de fonctionnement (DGF) représente une recette de 2,3 millions d’euros en 2014 en baisse de plus de 17% depuis 2008. Baisse amplifiée par la diminution de la population.
  • Les impôts indirects (recettes de stationnement, cabines de plage, occupation du domaine communal) représentent une recette de 3,6 millions d’euros en 2014 en hausse de 33 % depuis 2008.

Les dépenses sont, elles, réparties en 3 grandes masses :

  • La masse salariale : La totalité des impôts locaux que la ville perçoit ne suffit pas à payer les charges de personnel qui s’élevaient à 18,6 millions d’euros en 2014, en hausse de 12 % depuis 2008. Les dépenses de personnel représentent d’ailleurs 62 % des dépenses réelles de fonctionnement.
  • Les subventions, en 2014, représentent une dépense de 4,5 millions d’euros en hausse de 12,5% par rapport à 2008. Elles comprennent la subvention de 2 950 000 € au Touquet Tourisme.
  • Les dépenses d’équipement sont en chute libre ! En 2008 elles représentaient une dépense de 5,7 millions d’euros, aujourd’hui elle se limite à 2,7 millions d’euros. Soit une baisse de 47 % des dépenses d’équipement. C’est un mauvais signal qui démontre que les capacités de la ville à investir sont en très forte baisse.

Vous l’aurez bien compris, le maire privilégie les dépenses de fonctionnement aux dépenses d’équipement ! C’est son choix mais c’est un très mauvais choix !

Vos impôts servent donc à entretenir un système mis en place depuis de nombreuses années au Touquet, et que le maire actuel n’a jamais remis en cause et a même renforcé. Ce système consiste en  la possession de toutes les installations sportives et culturelles par la Ville. Cela induit nécessairement une mainmise du maire sur l’organisation des manifestations, car il faut forcément son accord.

C’est la politique du  » tout public » pour maîtriser ce qui devrait être privé !

Ce système nécessite des structures trop lourdes et trop coûteuses, un office du tourisme surdimensionné et ruineux car au lieu de promouvoir la destination Touquet il doit aussi s’occuper de la gestion des installations.

Le déficit est d’ailleurs chaque année plus important…Les tarifs pour les usagers sont prohibitifs…

Et au final, vous payez deux fois : une fois en impôt pour l’entretien des installations et une fois  pour votre propre utilisation de ces installations. C’est la « double peine fiscale » que nos hommes politiques adorent nous faire subir!

Nos impôts auraient dû servir à rénover les installations touquettoises vieillissantes, comme la mairie ou le palais des congrès. Mais, ni les maires précédents, ni le maire actuel, qui rappelons le est là depuis 14 ans si l’on tient compte de son mandat d’adjoint avec Léonce Deprez, ne se sont préoccupés de faire ces rénovations.

Pourquoi n’ont-ils pas effectué les dépenses nécessaires au maintien en bon état des installations touquettoises (routes, trottoirs, hôtel de ville, palais des congrès…)?

Simplement parce que le système du  » tout public « perpétué par Monsieur Fasquelle implique des dépenses de fonctionnement chaque année plus importantes, il ne reste donc plus rien pour financer la rénovation des installations.

En résumé, vos impôts servent à entretenir un modèle économique Touquettois, typiquement électoraliste car il permet au maire de mieux contrôler la population touquettoise et ses activités !

Source : www.collectivites-locales.gouv.fr et documents budgétaires de la commune 2008/2014