Qu’ont-ils fait du patrimoine de notre commune ?

Depuis 2015, la ville aura vendu pour plus de 17 millions d’euros de terrains ou de maisons appartenant à la ville donc aux touquettois :

  • 11 millions d’euros pour les terrains à Quentovic,
  • 2,4 millions d’euros pour le terrain de l’Hippotel,
  • 1,65 millions d’euros pour le terrain rue de Moscou (parking),
  • 650 000 euros une maison face au camping,
  • 550 000 euros le préau de l’école,
  • 780 000 euros le pavillon Vivaldi….

Le patrimoine de la ville a donc fondu pour financer les dépenses toujours plus importantes d’années en années.

  • Rien pour désendetter la ville !
  • Rien pour la rénovation de l’Hôtel de ville !
  • Rien pour rénover les parkings de la plage !
  • Rien pour l’assainissement collectif !
  • Rien pour la fibre !
  • Rien pour un parking  à proximité de la nouvelle salle de spectacle !

Nous avions demandé, en vain, à ce que le produit de la  vente du terrain rue de Moscou soit provisionné pour les futurs travaux de l’Hôtel de Ville qui devraient coûter plus de 8 millions d’euros.

La gestion en bon père de famille consiste à être attentif et soucieux des biens ou des intérêts qui lui sont confiés. Force est de constater que ce n’est absolument pas le cas…Pire, vendre les « bijoux de famille » est souvent le signe d’une incapacité à maîtriser ses finances, et en tout cas à se satisfaire du budget courant.

Les 17 millions d’euros auront déjà été engloutis quand il  s’agira de financer le déficit d’exploitation du palais des congrès et les annuités des 20 prochaines années.

Si la gestion des finances de la ville se poursuit sur la même tendance, nous pouvons dès à présent nous préparer à contribuer largement au train de vie dispendieux mis en place par l’équipe municipale actuelle.

Il va falloir que cela change !

Texte Touquet infos

Publicités

Les Résultats du Touquet Tourisme

Lors du  conseil municipal de ce lundi 9 avril étaient présentés  les résultats financiers du Touquet Paris-Plage Tourisme. Le TPPT, est un établissement public en charge la gestion des équipements sportifs, du palais des congrès, du camping.                                 Cette structure gère également le tourisme d’affaires et les évènements sportifs et culturels.

Depuis janvier 2017, cette structure délègue la promotion du Tourisme , à l’agence d’attractivité dont la présidence est assurée par Daniel Fasquelle.

En 2017 la situation financière est la suivante :

  • un chiffre d’affaire en baisse de 3,5 %
  • un résultat d’exploitation négatif :  – 463 000 €
  • des subventions de la ville pour un montant de près de 5,5 millions d’euros (fonctionnement +investissements)
  • des résultats négatifs dans tous les équipements sportifs
  • 252 000 € de déficit au tennis
  • 600 000 € de déficit au par équestre
  • 114 000 € de déficit à la base Nord
  • 116 000 € de déficit à la base Sud
  • 373 000 € de déficit pour le tourisme d’affaires
  • 716 000 € de déficit pour les animations et évènements
  • seul le camping est bénéficiaire : 418 000 € !

Aucun axe d’amélioration n’est encore prévu pour 2018.

A partir de 2020, lorsque le palais des congrès sera livré, il faudra en plus financer le déficit d’exploitation et le remboursement de l’équipement.

Perspectives préoccupantes si  une gestion rigoureuse  n’est pas mise en place très rapidement.

Juliette BERNARD

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochain conseil municipal au Touquet

Le prochain conseil municipal se tiendra

le lundi 9 avril à 9 heures

dans la salle du conseil.

 

A l’ordre du jour le vote des différents comptes administratifs 2017,

des différents budgets 2018 et bien d’autres sujets !

 

EFFETS D’ANNONCE

Depuis une dizaine d’année, nous sommes habitués à entendre les promesses des élus touquettois…Promesses qui, pour certaines, ne sont jamais tenues !

Souvenez-vous :

  • L’ancien maire avait annoncé en 2009 qu’à l’issue de son mandat en 2014, nous serions 6 000 touquettois. Nous sommes aujourd’hui selon l’INSEE 4 285 habitants. ENGAGEMENT NON TENU !
  • Une piscine devait être construite sur le front de mer dans le prolongement de la rue Jean Monnet. Nous avions même pu voir les plans… ENGAGEMENT NON TENU !
  • Le Touquet devait devenir la base arrière des jeux olympiques de 2012. C’était la raison pour laquelle 80 box avaient été construits pour accueillir les chevaux. ENGAGEMENT NON TENU !
  • L’annonce avait été faite au cœur de la campagne des municipales : le lycée hôtelier devait être déplacé vers l’aéroport… ENGAGEMENT NON TENU !
  • L’office de tourisme du futur devait voir le jour sur la place du centenaire… ENGAGEMENT NON TENU !
  • Une société d’économie mixte devait se constituer pour gérer le Parc Equestre au prétexte que la gestion était trop lourde, qu’il manquait d’unité juridique… ENGAGEMENT NON TENU !
  • Un restaurant gastronomique devait s’installer sur la plage… ENGAGEMENT NON TENU !
  • Des logements pour la population permanente devaient être créés à l’aéroport, entre le collège et la résidence de tourisme… ENGAGEMENT NON TENU !
  • Les travaux de l’Hôtel de ville étaient annoncés pour 2016… ENGAGEMENT NON TENU !

Des démarches administratives sont encore en cours…Il est vrai que l’entretien du Patrimoine ne fait pas partie des priorités, la municipalité préférant investir 27 millions dans un palais des congrès.

Pour ce qui est de la dernière annonce en date, la ficelle est un peu grosse ! L’Aqualud devait être rasé pour laisser la place à un hôtel de grand standing. Un permis de construire avait été déposé pour être refusé quelques jours plus tard au prétexte d’empêchements juridiques. Qui peut croire qu’un projet d’une telle importance n’ait pas été au préalable étudié par le service juridique ? Qui peut croire que le conseiller municipal en charge des grands projets, accessoirement juriste, puisse lancer un tel projet sans en vérifier sa faisabilité et sans en avertir le maire ? Personne !

S’il peut parfois être difficile de tenir ses promesses, on n’est pas non plus tenu d’en  faire ! Surtout lorsque l’on sait parfaitement qu’on ne les tiendra pas et que ce n’étaient, au final, que des annonces électoralistes.

Juliette BERNARD

 

Bilan des pianos folies

Madame le maire l’avait bien précisé,  les résultats sont mauvais.  Nous le constatons dans les chiffres qu’elle a eu la courtoisie de nous communiquer.

Recettes de billetterie et nombre d’entrées payantes :

2017 : 64 486 € pour environ 2686 entrées payantes

2009 : 68 340 €  pour 2734 entrées payantes

Depuis 9 années,  les pianos folies reçoivent en moyenne 2 600 à 2800 personnes qui payent leur place.  Force est de constater que cette manifestation ne décolle pas malgré les investissements en personnels et les subventions diverses.  En 2017  les recettes sont même inférieures à la 1 ère édition.  Le bilan  2017 fait état d’ un résultat négatif important : – 66 000 €. 

66 000 € que la ville du Touquet est bien évidemment obligée de compenser  !

Je salue la décision de Mme Lussignol de réduire la durée des pianos folies en 2018 :         7 jours  au lieu de 9 . Le nombre de concerts devrait également être revu à la baisse. Ces mesures seront-elles suffisantes ?

Il est souhaitable que l’organisation réfléchisse à donner un nouvel élan à cette manifestation  : durée, date, choix de programmation, communication sont autant de sujets à repenser.

Juliette Bernard

 

Pour aller plus loin  :

2017 : 64 486 € pour environ 2686 entrées payantes

2016 : 73 039 € pour environ 3043 entrées payantes

2012 : 68 000 € pour 3395 entrées payantes

2011 : 94 058 € pour 4072 entrées payantes

2010 : 92 136 € pour 3766 entrées payantes

2009 : 68 340 €  pour 2734 entrées payantes

Un Cadeau de 66 000 €

present-307775_960_720Une collectivité n’a pas à payer ce qu’elle ne doit pas ! C’est un grand principe et c’est, rappelez vous,  d’argent public dont il s’agit !

Quand une ville paye ce qu’elle ne doit pas, cela s’appelle faire un  « cadeau ». Voire faire preuve de favoritisme.

Le contexte : En décembre 2015,  deux anciens exploitants de la plage ont décidé de contester la procédure de Délégation de Service Public qui avait été lancée pour l’attribution de lots sur la plage(bars) . Ils avaient pris la décision de ne présenter aucun dossier, procédure obligatoire pour prétendre à poursuivre leur activité sur la plage.

Au terme de leur contrat qui se terminait en 2015, ils quittaient donc les lieux sans aucune compensation de quelque ordre que ce soit comme c’était prévu au contrat qu’ils avaient signé plusieurs années auparavant.

Les faits : Voilà qu’au conseil municipal du 9 octobre dernier,  on nous a demandé d’approuver le versement de la somme de 66 000 € aux deux plagistes au prétexte qu’ils n’ont pas pu revendre leur matériel au prix estimé par un commissaire-priseur. Ce n’est absolument pas le problème des touquettois vous en conviendrez puisqu’aucune indemnisation n’était prévue au contrat, je vous le rappelle.

Il s’agit donc d’un cadeau voire même s’agit-il d’un acte de favoritisme de la part des élus de la majorité. C’est  également la porte  ouverte à des indemnisations futures qui pourraient être réclamées. Si un exploitant décide demain de renoncer à son club de plage, faudra-t-il racheter les trampolines, structures gonflables etc… ?

L’opposition que je conduis à voté contre cette délibération.

Juliette BERNARD

RUPTURE DE TRESORERIE de la ville du TOUQUET

Résultat de recherche d'images pour "photo billet euros"C’est un fléau qui atteint les entreprises privées…       mais pas que !  La ville du Touquet aussi.

La ville du Touquet est, comme nous l’a dit l’adjoint aux finances lors du dernier conseil municipal, en rupture de trésorerie.  Cela  revient à dire que la ville n’a pas les moyens de financer les investissements prévus et les engagements qu’elle a pris.

Afin de pouvoir financer le démarrage des travaux du Palais des congrès, la ville va ouvrir un compte bancaire avec en quelque sorte une autorisation de  découvert (ou avance de trésorerie)  de 3 millions et demi d’euros.

Cela afin de permettre d’attendre que les terrains de Quentovic soient vendus.

En résumé, on dépense de l’argent que l’on n’a pas encore ! C’est tout sauf de la gestion en bon père de famille !

L’opposition que je conduis a bien évidemment voté contre cette délibération. 

Juliette BERNARD