Prise de parole de JP Bataille lors du conseil municipal du 10 juillet 2017

Jean-Philippe Bataille a pris la parole immédiatement après l’élection du nouveau maire. Vous trouverez ci-dessous le texte qu’il a rédigé et lu  lors du  conseil municipal.

 

Madame,

Lors d’une élection, il est d’usage, quand on fait partie de l’opposition, de faire preuve de respect démocratique et de féliciter le candidat élu.

Néanmoins, dans le cas de figure qui nous occupe aujourd’hui, je vous adresserai non seulement mes félicitations, mais aussi, et SURTOUT, MA COMPASSION !

En effet, compte tenu des déclarations faites dans la presse, et de l’information à destination des Touquettois, vous allez à l’évidence, être un Maire sans tribune et sans marge de manœuvre, et à ce titre JE VOUS PLAINS ! 

Je vous plains parce que les Touquettois ne s’adresseront pas à vous, les services de la ville et vos collègues de la majorité non plus parce qu’ils sauront que votre pouvoir de decision sera quasi NUL.

A ce titre,vous avez toute ma sincère bienveillance, compte tenu de la difficulté de la tache qui vous incombe

Mais un Roi sans couronne n’a jamais été un ROI !

Mes pleines et entières félicitations, en revanche, je les adresse à votre prédécesseur qui, après une réélection remarquable, s’est empressé de répeter , à qui voulait bien l’entendre, qu’il n’y avait pas d’inquiétude… puisqu’il restait « aux manettes ».

Ce qui,vous en conviendrez, ne renforce pas votre crédibilité, et tue dans l’œuf votre légitimité.

Tous ceux qui ont déjà été dans le management d’entreprise savent qu’un bon manager se reconnait dans sa capacité à transmettre, qu’il faut savoir transmettre, et qu’une bonne transmission n’est pas une perte de pouvoir pour celui qui en est à l’origine, mais BIEN AU CONTRAIRE, le renforce dans son pouvoir et lui donne de la hauteur vis-à-vis de ses collaborateurs.

Dans le cas contraire, les employés ou les clients continuent immanquablement de  s’adresser à « Dieu plutôt qu’à ses saints », et cela crée evidemment une confusion dommageable.

Vous avez été nommée Maire par interim et de façon provisoire,ce qui va INEVITABLEMENT créer des tensions,des frustrations et des incompréhensions inutiles.

Je voudrais maintenant m’adresser aux élus de la majorité ,et notamment à ceux qui representent « les vieilles familles touquettoises », sans exclure évidemment les autres :

Croyez vous que nos aïeux,qui nous ont transmis ce JOYAU qu’est Le Touquet, auraient accepté un tel jeu de chaise musicale, un tel tohu bohu dans la gouvernance touquettoise, un jeu digne des affres de la politique nationale mais indigne de notre Station et de ses habitants qui ont toujours avancé UNIS dans un meme dessein : L’AMOUR DE NOTRE VILLE.

L’opposition constructive que je représente, vous le savez bien, ne remet et ne remettra certainement pas en cause tout ce qui a été fait dans le passé, et sait faire preuve de discernement dans les futurs projets

Mais j’ai la conviction que ce FLOU dans la gouvernance sera préjudiciable pour les enjeux qui nous attendent ces prochaines années.

Les Touquettois apprecieront !!!

Madame Le Maire, parce que je vous plains et que j’aime Le Touquet, je vous souhaite BON COURAGE !!!

Jean-Philippe BATAILLE

Publicités

VENTE D’UN BIEN COMMUNAL

Echos du Conseil municipal du 27 mars 2017 (episode 1)

La ville du Touquet va vendre le pavillon Vivaldi, une maison sur un terrain de 1 500 m2, située avenue Fernand Recoussine au prix de 780 000 €.

En octobre 2016 le conseil municipal avait validé le principe de cette vente mais au prix de 850 000 €.

Nous, élus d’opposition (1), avons voté « contre » cette vente qui va se réaliser en dessous du prix fixé par les élus en octobre 2016 et sans que l’on apporte la preuve de la publicité qui a été faite autour de cette vente : pas d’information sur le site internet de la ville, pas d’exposition dans les vitrines des agences touquettoises, pas de publicité dans les journaux.

Bref une vente trop « discrète » pour nous élus d’opposition.

(1) Elus d’opposition : Juliette Bernard, Jean-Philippe Bataille, Francis Besson